19/05/2019

Les Réseaux Sociaux

.
.
J’adore mes réseaux sociaux, ils me sont très utiles. Cependant, je dois garder une ligne de conduite assez stricte pour ne pas qu’ils me minent le moral. Je me dit que les techniques que j’utilise pour contourner les inconvénients des réseaux sociaux peuvent servir à autrui… Ainsi, dans ce post, je partage certaines choses que j’ai appris de mon expérience dans le but, si vous le souhaitez, de vous aider. Sentez-vous libre de faire comme bon vous semble, que ce soit en ce qui concerne la lecture de ce post ou la gestion de vos réseaux sociaux.
.
Par le passé, j’ai tenu des blogs et des pages Facebook « à succès » (sur le cinéma et les séries, sur les chevaux et sur la photographie). Depuis ma remise à zéro, je n’ai qu’un petit compte Instagram sur lequel je publie mes images, ainsi qu’un compte Youtube et un compte Tumblr qui ne me servent uniquement à consulter des contenus. C’est pour cette raison que, dans ce post, j’aborde les réseaux sociaux principalement du point de vue du « visiteur » et non du « créateur ».
.
J’ai commencé à utiliser les réseaux sociaux à l’âge de 15 ans et ils m’ont toujours permis de vivre des expériences très positives. Grâce à l’Internet, je me suis faite de véritables ami.e.s, j’ai partagé mes passions, j’ai découvert des artistes, j’ai élargi mes connaissances, j’ai trouvé des raisons de // et des moyens de m’améliorer à la fois en tant qu’artiste et en tant que personne.
.
Je ne pense pas que les réseaux sociaux soient mieux ou pires que n’importe quel autre « endroit », je crois simplement que tout circule plus vite et plus facilement, le positif comme le négatif. De ce fait, je dirais qu’une des clefs les plus importantes pour avoir une « relation » saine avec les réseaux sociaux est d’avoir pleinement conscience de ce qu’on fait et d’être organisé.

.
.
.

. Principaux Inconvénients
.

  • La haine, les haters : certaines personnes déchargent leurs émotions négatives sur internet et sur les autres, souvent bien cachées derrières des pseudos. Plus iels voient de commentaires haineux, plus iels écrivent des commentaires haineux.
  • Les corps/visages de moins en moins naturels : c’est un énorme cercle-vicieux : un.e tel.le est assaillit par des images retravaillées de corps/visages eux aussi retravaillés, fait tout pour y ressembler, se photographier et publie le résultat, participant ainsi à cette tendance malsaine et hypocrite, une sorte de « propagande » qui incite les humain.e.s à ressembler à des poupées en plastiques, qui dénigre certaines caractéristiques physiques (pores, poils, cicatrices, cellulite, vergetures, etc) pourtant naturelles et « normales » au point de les faire passer pour de véritables horreurs dont il faut absolument avoir honte et se débarrasser à tout prix.
    Attention, je ne parle pas du maquillage et/ou de l’esthétisme en eux-mêmes, mais bien de la manière dont certains sujets sont tournés/amenés, de la manière dont certains sujets sont tabous, du manque de transparence, etc.
  • La surconsommation et le matérialisme : les publicités sont omniprésentes sur les réseaux sociaux et nous encouragent à acheter/consommer toujours plus et plus souvent, l’amalgame entre « je possède [des tas de trucs] » et « je suis [cool, un exemple] » a généralement une belle vie sur les comptes très suivis.
  • Les mauvaises nouvelles : il y a un temps pour tout. Lire/voir des mauvaises nouvelles à tout-va, à n’importe quel moment de la journée et/ou au milieu de n’importe quelle autre publication est loin d’être le meilleur moyen de s’informer de l’actualité. Des petites doses de mauvaises nouvelles disséminés tout au long de la journée/de notre balade sur les réseaux sociaux à inévitablement des répercussions négatives sur notre santé mentale.
  • La désinformation : ah, ces fameuses fake news qui font tourner les têtes.
  • Le rythme et la quantité des publications : et hop, une publication, une autre, une autre et encore une autre jusqu’à l’overdose.
    .
    .
    .

.
Quelques Conseils

.

  • Se renseigner sur la façon dont le réseau fonctionne.
  • Déterminer très clairement 1. les sujets qu’on veut voir et 2. le temps qu’on veut passer sur le réseau.
  • Mettre en place une routine et/ou des limites et des règles.
  • Se tenir aux règles établies à l’étape précédente, quitte à être chiant.e avec soi-même au début/de temps en temps.
  • Etre pleinement à ce qu’on fait (ne pas ouvrir l’application sans bonnes raisons, avoir conscience de ce qu’on regarde, etc).
  • Prendre le temps (de lire les posts, de laisser des commentaires, etc). Attention : seulement en ce qui concerne les publications qu’on aime.
  • Prendre au sérieux nos ressentis et immédiatement mettre en place une solution lorsqu’on se sent énervé.e/chiffonné.e/attristé.e par le réseau.
  • Rester vigilant.e et prendre du recul
  • Répéter les étapes depuis le début si nécessaire (en faisant éventuellement une remise à zéro).
  • Faire une longue pause sans réseaux sociaux si les étapes précédentes n’aboutissent pas à ce qu’on souhaite.
  • EN BONUS :
    Si vous souhaitez faire un petit test, passez une journée, deux jours ou une semaine sans aller sur vos réseaux sociaux. Si vous avez une « relation » saine avec ceux-ci, vous devriez pouvoir vous en passer 1. sans avoir une sensation de liberté/poids en moins (si vous avez cette sensation, ça indique probablement que vos réseaux sociaux vous apportent trop de négatif et/ou que vous vous mettez trop la pression lorsque vous faites vos publications) et 2. sans que ça vous irrite/perturbe (si vous l’êtes, ça indique probablement que vous passez trop de temps sur vos réseaux sociaux et/ou que vous dépendez trop de ceux-ci).
    .
    .
    .

.
Quelques Astuces

.

  • La fonction « sourdine » sur Instagram est très pratique lorsqu’on s’intéresse seulement aux publications ou seulement aux stories d’un compte.
  • Une autre fonction que j’adore sur Instagram est celle qui permet d’enregistrer des publications. Je l’utilise souvent de manière à avoir des collections de publications qui me plaisent ou que je veux retrouver facilement. Ainsi, je possède les collections suivantes : multifandom (qui contient des publications à propos de mes œuvres et artistes favoris), pratique (qui contient principalement des publications de marques éthiques ou des idées de coiffures), santé mental & relations (qui contient des pensées, des conseils, etc), recettes (qui contient plein de recettes pratiques, bien pensées et/ou appétissantes), activisme végan (qui contient des ressources sur le véganisme et sur l’écologie), art (qui contient mes coups-de-cœur en terme de photographies, dessins, etc), bodyposi & féminisme (qui contient des images, des témoignages, etc), haha! (qui contient des blagues qui me font rire) ainsi qu’une collection dans laquelle j’enregistre des publications intéressantes, mignonnes ou drôles que je montre à ma maman.
  • La section « à découvrir » sur Instagram évolue selon ce que vous likez et commentez, mais aussi selon les publications sur lesquels vous cliquez. Il ne faut pas cliquer sur un type de publications qu’on ne veut pas ou plus voir. Si vous avez malencontreusement rempli cette section de publications qui vous minent le moral, je vous conseille de ne plus y aller pendant quelques jours/semaines et, à la place, de chercher des nouvelles publications à découvrir en utilisant des hashtags précis.
  • Concernant les commentaires haineux, tout ce que je peux dire est : ne les cherchez pas, ne les lisez pas jusqu’au bout, n’y répondrez pas, supprimez-les et bloquez les auteurs. Je sais que c’est tentant, surtout quand le.s sujet.s évoqués touche la corde sensible, mais vraiment, répondre à ce type de commentaires ne serait qu’une perte de temps et d’énergie. Respirez profondément et passez à autre chose. Si vous ressentez tout de même le besoin de parler du ou des sujet.s évoqué.s dans le.s commentaire.s en question, faites le de manière positive (en parlant à un.e ami.e, en laissant un message/commentaire à un compte dédié à ce.s sujet.s…).

.
.
.
.

Bonne journée !

Recent posts
Previous post