IK
loading...

FAQ

.
.
Si vous souhaitez me poser une question, veuillez me contacter via le formulaire de contact. Merci.
.
.
.
Quel matériel utilises-tu ?
Mon boitier est un Nikon D7000. J’utilise principalement les objectifs Nikon suivants : un 50mm, un 28mm et un 55-300mm. Je travaille mes photographies avec le logiciel de post-traitement Lightroom.
.
.
.
À quel âge as-tu commencé la photographie ?
J’ai commencé la photographie en 2009, à l’âge de 14 ans. L’année suivante, j’ai commencé à publier mes images sur les réseaux sociaux.
.
.
.
As-tu suivi une formation de photographe ?
Je suis majoritairement autodidacte. Cependant, j’ai suivi une formation à distance, entre 2014 et 2015, afin de perfectionner mes connaissances techniques et à l’issue de laquelle j’ai obtenu un diplôme.
.
.
.
Quel est ton statut professionnel ?
Je suis Artiste Auteur Photographe. Vous pouvez en savoir davantage sur ce statut en visitant ce site.
.
.
.
Quels sont tes photographes préféré.e.s ?
Je dirais Felicia Simion et Elizabeth Gadd. J’aime leurs images depuis de nombreuses années et j’aime également la manière dont elles abordent le monde, dont elles utilisent la photographie, dont elles communiquent avec autrui.
.
.
.
À part la photographie, quelles sont tes formes d’art favorites ?
•• J’adore le cinéma. Je parle pendant des heures à propos des films et séries qui me plaisent, c’est vraiment quelque chose qui me passionne et m’emporte depuis toujours.
•• J’aime également beaucoup la musique. Je travaille souvent mes images en écoutant des chansons ou des morceaux instrumentales. J’ai des goûts relativement éclectiques et je considère la musique comme étant (entre autres) une source d’énergie, un merveilleux carburant.
•• Les romans sont des œuvres presque magiques, et j’adore les livres en tant qu’objets, mais je suis une mauvaise lectrice (dans le sens où j’ai besoin que toutes les bonnes conditions soient réunies pour réussir à me plonger dans un livre, j’ai du mal à trouver des romans qui me garde en haleine, je lis très lentement, etc). Les quelques récits que j’ai vraiment aimé ont une joli place dans mon cœur (et sur mon étagère !).
•• J’aime aussi le dessin (activité que je pratiquais énormément de mon enfance jusqu’au début de mon adolescence) : j’aime tomber sur des comptes Instagram de dessinateurs ou dessinatrices passionné.e.s, et j’adore les dessins et illustrations de John Howe et Alan Lee (ceux qui connaissent mon amour pour l’univers de Tolkien ne seront pas vraiment étonnés par cette révélation – haha).
.
.
.
J’ai lu quelques-uns de tes textes ! Est-ce que tu écris souvent ?
J’ai commencé à écrire des mini-histoire et des poèmes à l’âge de 12 ans, puis j’ai continué à écrire des petits textes, de temps en temps, lorsque l’envie me prenait ou lorsque j’en ressentais le besoin. Mes textes favoris sont ceux que je nomme les « textes vomis » (terme peu ragoûtant que j’utilise ici d’une façon très positive – haha) : ceux qui sont écrits quasiment d’une seule traite, sous le coup de l’émotion, à l’image d’un cri ou d’un rire. Ma manière d’écrire a toujours été aléatoire et assez viscérale, mais, à l’heure actuelle, j’écris [encore] moins qu’avant.
.

.
.
Tes photographies sont-elles prévues à l’avance ou improvisées sur le moment ?
Ça dépend ! Je peux photographier ce qui se trouve sur mon petit chemin de « wanderer » au gré de mes découvertes et/ou de mes fouilles visuelles, tout comme je peux noter mes idées dans un carnet (en faisant éventuellement des croquis) et leur donner vie plus tard en réalisant des petites mises en scène. Sachant que, dans le second cas, je laisse tout de même une place à l’improvisation au moment de la réalisation.
.
.
.
Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui débute en photographie ?
Ah…! C’est un vaste sujet et ma réponse ne peut être qu’une toute petite indication. Hum, je lui conseillerais de s’autoriser à ressentir les choses pleinement, de faire en sorte de ne pas être blasé.e par ce qui l’entoure, d’être calme et enthousiaste, de prendre du plaisir, de ne pas avoir peur de l’originalité, de ne pas brider son imagination, de ne pas s’enfermer dans « une petite case » et de ne pas se mettre des barrières, de beaucoup pratiquer, de tester différents styles et différents sujets, d’avoir une bonne éthique et un mode de vie le plus sain possible, de ne pas perdre le moral à cause des « photos ratées » (tout le monde en fait, même les meilleur.e.s), d’être très [très, très] patient.e, de prendre en compte seulement les critiques constructives, et de développer peu à peu son propre style. Chacun.e fonctionne d’une manière différente et doit faire son propre chemin, chaque photographe doit trouver sa propre « inspiration » (terme qui peut avoir diverses définitions, concept qu’il est possible de rationaliser – d’une manière générale, d’une manière scientifique, d’une manière pratique – mais qui reste extrêmement personnel, sauvage, intense, délicat et malgré tout éternel). J’encourage quiconque souhaite réaliser des images à nourrir son esprit, à avoir de l’appétit pour l’art (tout en ayant ses propres goûts) et à stimuler ses sens – il est souvent bénéfique d’être sensible à la fois au monde extérieur et à son propre monde intérieur.

.
.

.
.


Frequently Asked Questions de 2018-2019.